_MG_0010

 

LES TOUT DEBUTS...

     Si le rallye passionne un maximum de personnes, il n'est pas un sport facile à débuter. Les apprentis pilotes ne savent pas réellement comment s'y prendre pour mettre le pied à l'etrier. Quelle voiture? quelles épreuves? comment financer?..._MG_0002C'est en partie pour répondre à toutes ces questions, ainsi que pour détécter de nouveaux talents, que Jacques Régis met en place le "rallye jeunes" en 1994, pour permettre à des jeunes de tenter leur chance. Le critêre? avoir entre 18 et 25 ans, être titulaire du permis de conduire, et surtout de n'avoir jamais été licencié en sport automobile._MG_0004

     En 1995, Rallye jeunes fait halte à Lunéville. Sébastien Loeb s'y rend avec son meilleur ami sans conviction, et s'acquitte sur place du ticket d'inscription (100 frs à l'époque), et non pas comme d'autres qui avaient renvoyés leur coupons d'inscription découpés du magazine Echappement...

     Tout démarre avec un circuit dit du "1er degré" (tracé entre des quilles) sur lequel un pilote confirmé établi un temps de référence. Seb s'élance et atteint les 10% des chronos qui ouvrent les portes du "2ème degré"._MG_0007Re-belote, le pilote Alsacien se qualifie pour la finale, et se retrouve avec son ami parmis les 5 qui se retrouvent au Castellet, avec tous les qualifiés des autres régions. Les difficultés augmentent, tandis que le nombre de candidats diminue, et ce jusqu'en finale. Là encore, Seb réalise le meilleur temps, mais le jury estime que Nicolas Bernardi, lui aussi titulaire d'un bon chrono a été désavantagé; il sera le lauréat!!_MG_0009

     L'année suivante, notre futur Champion du Monde se réinscrit, et là encore, il démontre une grande rapidité et se retrouve de nouveau en finale. Pourtant, lors de son ultime parcours, un incident de chronométrage l'oblige à patienter sur la ligne de départ et, donc, de s'élancer les pneus froids. Un tête à queue le sanctionnera!! En 1997, l'Alsacien retentera sa chance, se qualifiera en finale... où il n'ira même pas!! Ilaurait pu reprendre une vie "normale", mais sa route va croiser celle de l'association "Ambition Sport Auto".

     La suite, tout le monde la connaît...loebvi10

LES SOUTIENS

     Jacques Régis trouve chez Peugeot un soutien de taille. Jean-Pierre Nicolas et Julien Quinonéro n'hésiteront pas longtemps à adhérer au projet. Au départ, le constructeur Français pense réaliser un joli coup de marketing en mettant de nombreux jeunes au volant d'une voiture de sa marque. L'implication de Peugeot Sport, dès 1995, a renforcé le coté détection. Devenu président de la Fédération Française de Sport Automobile (FFSA), Jacques Régis n'a jamais cessé de soutenir "Rallye jeunes". Pour Peugeot, cela a permis la crétion d'une filière devant mener les meilleurs vers le sommet (et surtout se démarquer de Renault et la filière Elf...). Plusieurs séancessont organisées à travers le pays, dont la philosophie assez simple à permis, depuis 1994, à plus de 150 000 candidats de tenter leur chance..._MG_0005

     Maintenant, une des grosses différences se trouve dans les véhicules; en effet, les premières épreuves se déroulent avec des karts électriques. En marge de la compétition, un village est installé pour accueillir les candidats, ainsi que de le sensibiliser à 5 grands thèmes: le respect des règles, la prévention, la maitrise, la proximité et la conduite propre.

LA VOITURE

  • 4 cylindres en ligne, transversal avant
  • arbre à cames en tête, 2 soupapes par cylindre
  • 1360 cm3
  • couple de 11.5 mkg à 3400 tr/mn, maxi de 55 mkg à 4000 tr/mn
  • 75 ch à 5800 tr/mn
  • boite 5 rapports manuels
  • traction sans ESP, ni antipatinage
  • freins à disque à l'avant, tambours à l'arrière
  • 815 kg (à vide)
  • 175 km/h maxi

                                                                                                     

                                                                            _MG_0006