DE L'HUILE SUR LA PISTEIMG_0236

LE LIVRE (N°18)

     Ce livre, je l'avais déja présenté pour une autre voiture de la collection, mais, si vous voulez un petit rappel, il vous suffit de cliquer sur ce lien !

     A noter tout de même une scène que l'on imagine assez caustique en page 44, où Steve Warson (vous savez, l'inséparable...) donne une fessée à une belle Italienne. Assez étonnant de la part d'un personnageswfian05 aussi dragueur comme lui...

     Dans cet album est traîté pour la première fois le sujet de l'aérodynamisme avec les ailerons. A l'époque (les années 60), il y avait une certaine réticenceMICHEDUP-18-F-03 de la part des pilotes à ce que des ingénieurs fassent une partie de leur travail. Tout tourne autour de la F1 pour le sujet technique, mais il faut savoir que la toute première voiture de course équipée d'un aileron est une Chaparral, en 1966, engagée par Jim Hall (le créateur de la marque),chaparral_2f dans des courses Européennes. Utilisant une transmission automatique, il put installer une troisième pédale pour jouer avec l'inclinaison de cet aileron.MICHEDUP-18-F-04 C'est ce qu'explique J.P. Vaillant au début de l'album sur trois pages à ses pilotes, tout en mettant dans les dialogues leur méfiance vis à vi des aides au pilotage... 

 

LA VOITURE

     Clairement, Ferrari est visé, avec ses GT à moteur V12 comme les modèles 250, 275 ou 330gt-ouverture330GT des années 60. A l'époque de l'histoire, les moteurs utilisés par la marque Italienne sont issus des moteurs F1, mais assagis, qui pouvaient faire dans les 150 000 kms,IMG_0233 sous réserve d'un entretien rigoureux. La Vaillante Monza va donc utiliser le moteur "course", un douze cylindre à plat, qui va donner une voiture basse, quoi qu'un peu plus large en théorie.

     Les voitures imaginées par Jean-Pierre Vaillant sont toujours à la pointe de la technologie; on peut donc en déduire que ce moteur est équipé par un double arbre à cames en tête, une injection,IMG_0234 d'une cylindrée de 4l (comme la 330 GT de 1963), mais un allumage traditionnel par rupteurs...

     Pour la carrosserie, Jean Graton est fidèle à lui-même. Il a dessiné une Vaillante fluide et Italianisante,IMG_0237 mais qui porte indéniablement sa marque de fabrique, avec une utilisation du verre (peut-être une matière synthétique?) pour donner beaucoup de lumière dans l'habitacle. Le moteur, placé bas, permet d'avoir un coffre IMG_0235sur l'arrière, ce qui permet d'avoir un avant effilé et plongeant. Au final, cela donne une voiture de sport capable de rouler vite, mais aussi de pouvoir circuler au "ralenti" en ville. Belle voiture de service!!


QUELQUES CHIFFRES ET AUTRES DONNÉES

     Ces chiffres représentent la fiche technique idéale, la voiture n'existant pas;

  • moteur 12 cylindres à plat (Boxer) à refroidissement liquide,
  • double ACT, 2 soupapes/cylindre
  • Alesage x course: 82 x 62 mm
  • 3929 cm3
  • injection mécanique
  • 330 ch à 6500 tr/mn (régime maxi à 7500 tr/mn)
  • couple maxi: 39 m.kg à 5000 tr/mn
  • embrayage bidisque à sec
  • boite 5 rapports + MA, moteur central, propulsion
  • châssis tubulaire en acier, carrosserie en acier
  • freinage: double circuit avec 4 disques
  • suspensions: 4 roues indépendantes avec triangle superposés et ressorts hélicoïdaux
  • poids: 1395 kg
  • Longueur: 4.75m
  • Vitesse maxi: 255 km/h

IMG_0241

     Petite annotation: je profite de ce post pour remercier les propriétaires de la librairie "Le temps de lire", à Sucy-en-Brie (94370),  qui avaient:

  1.  la patience de me mettre de coté "mes p'tites voitures", 
  2.  d'attendre mon passage, afin que je puisse avoir la collection complète des dites voitures!!

  MERCI A VOUS!!!