IMG_0010SUPENSE A INDIANAPOLIS

 

LE LIVRE N°11michelvaillant11

     L'histoire commence au Texas, où l'on y apprend de suite que l'écurie Vaillante vient sur le continent pour y gagner le titre de "Champion des États-Unis". Ce titre se joue sur trois courses; les courses de Daytona et de Riverside, qui se courent en catégorie "NASCAR" (National Association for Stock Car Racing), donc des voitures type GT, et la fameuse course des "500 milles d'Indianapolis"circuit_d_indianapolis, se courant en formule "Indy".IMG_0001

     Seulement voilà, au Texas, il y a une écurie qui est prète à tout pour empêcher l'écurie Française de venir, et encore moins de gagner: c'est l'écurie des "Texas Drivers (vous savez? les "méchants dont je parlais déja dans le post du 02/06/2009). Et là, l'auteur met le doigt sur le conservatisme poussé à l'extrême de certains Américains de cet état(Hoù-là!! je m'égare...), puisque l'écurie Française va subir un attentat à la bombe dans l'usine, ainsi qu'une tentative de meurtre sur les pilotes...IMG_0003

     Deux  personnages font leur apparition dans ce tome; Payntor et Hawkins. Ces deux là se trouveront dans plusieurs autres épisodes, avec des évolutions différentes pour l'un et l'autre, car l'un des deux se rachetera, autant que l'autre s'enfoncera dans la tricherie.IMG_0002 On y retrouve évidemment "l'infâme" Cramer, qui se présente dans cet épisode avec un casque à tête de mort...   

 

LA VOITURE

     Dès le début de l'histoire, on apprend que Jean-Pierre Vaillant a six mois pour construire la voiture qui vaincra à Indinapolis. La voiture présentée est une évolution de la formule 1 qui courait dans l'album précédent, "L'honneur du Samouraï". Quand au moteur, il s'agirait d'un V12, qui servirait de test dans cette course, car, l'histoire se passant en 1964, c'est en 1965 que le règlement moteur pour les F1 va autoriser le passage de 1500 cm3 à 3000 cm3.IMG_0006

     Le chassis monocoque (type Lotus de Colin Chapman) est donc renforcé pour recevoir ce moteur plus lourd et plus puissant. La suspension fait appel à quatre roues indépendantes, avec de classiques ressorts hélicoïdaux, fixée à l'arrière sur le moteur, lui même accroché à l'arrière du chassis.IMG_0007

     Dans la réalité, les moteurs V12 atteignaient les 450ch en 1970, dans les 500ch les années suivantes. Le moteur Ford V8 de 1964 atteignait 425ch, avec une cylindrée de 4200 cm3. C'était donc un moteur plus lourd que le V12 Vaillante. Compte tenu de la finesse de la voiture Française,IMG_0008 c'est une des raisons pour laquelle Michel Vaillant tourne à 255 km/h de moyenne sur l'anneau (251 pour Jones avec la Lotus-Ford!!).

 

QUELQUES CHIFFRES

     Ces chiffres représente une fiche technique idéale, car, bien sur, le véhicule n'existe pas.

  • V12 à refroidissement liquide, double ACT, 48 soupapes
  • 78.5 x 51.5 mm
  • 2991 cm3
  • injéction mécanique
  • 430 ch à 11 000 tr/mn
  • embrayage bidisque à sec
  • boite de vitesse Hewland à 5 rapports + MA
  • chassis monocoque en alliage léger faisant office de réservoir d'huile, moteur porteur du train arrière
  • quatre supensions combinées ressort-amortisseur
  • frein à disques
  • poids: 580 kg
  • 2 réservoirs latéraux de 110l chacun

 

LE SAVIEZ-VOUS?

     Dès 1911, Carl Fisher, le créateur du speedway, craignait les accidents au départ, et propose alors qu'un véhicule (une voiture de série) démarre devant les concurrents, les lance, et s'efface: le pace-car est né681_pace_20car_20indianapolis_201958_201. Après un tour à 45 mph (70 km/h), un autre à 100 (160), le pace-car rentre au stand, et la course est véritablement lancée! Cette procédure, habituelle aux USA, maintenant reprise un peu partout, est donc née à Indinapolis.112_0804_41z_2008_dodge_challenger_srt8_indy_pace_car Le conducteur peut ètre une personnalité connue, et une publicité pour la marque du pace-car, ce qui ajoute de l'intérêt à l'épreuve. Voici quelques exemples: Lance Armstrong (Corvette, 2006), Colin Powell (Corvette, 2005), Morgan Freeman (Corvette, 2004)Indy_500_Pace_Car_, Caroll Shelby (Dodge Viper, 1991), Gal Chuck Yeager (Corvette, 1986)1978_pace_car, Jackie Stewart (Ford Mustang, 1979), Henry Ford II (Lincoln continental, 1946), Louis Chevrolet (Chrysler Imperial, 1926), Fred Duesenberg (Duesenberg, 1923). 2010_camaro_pace_car_1_450x283